Vous êtes ici

Ve Dimanche du temps ordinaire

Dimanche 4 février 2024

Alléluia. Alléluia.
Le Christ a pris nos souffrances,
il a porté nos maladies.
Alléluia. (Mt 8, 17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (1, 29-39)

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm,
Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean,
dans la maison de Simon et d’André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre.
Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.
Jésus s’approcha, la saisit par la main
et la fit lever.
La fièvre la quitta, et elle les servait.

Le soir venu, après le coucher du soleil,
on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal
ou possédés par des démons.
La ville entière se pressait à la porte.
Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies,
et il expulsa beaucoup de démons ;
il empêchait les démons de parler,
parce qu’ils savaient, eux, qui il était.

Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube.
Il sortit et se rendit dans un endroit désert,
et là il priait.
Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent :
« Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit :
« Allons ailleurs, dans les villages voisins,
afin que là aussi je proclame l’Évangile ;
car c’est pour cela que je suis sorti. »

Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues,
et expulsant les démons.

Pour télécharger la feuille de ce dimanche  : Dimanche 4 février

 

Dimanche 4 février, après les Vêpres Solennelles,

tous les paroissiens sont conviés à partager des crêpes dans une ambiance chaleureuse,

à la maison Charles-de-Foucauld.

 

« CHEMINS D'ESPÉRANCE » POUR VIVRE LE CARÊME ET PÂQUES EN 2024

« Tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur » nous dit l’Apôtre Paul (Rm 10, 8). La Parole qui mûrit en notre cœur, à la croisée de notre expérience, de notre réflexion et de notre méditation, veut à son tour habiter nos paroles et les transfigurer. Depuis maintenant trois ans, notre livret de Carême propose deux étapes : un temps personnel en vue d’un cheminement intérieur et un temps communautaire afin de partager quelque chose de ce chemin personnel.

À travers ce partage spirituel – qui n’exclut pas celui d’une part du meilleur gâteau maison ! – peuvent grandir « des communautés selon l’Évangile » selon le souhait de Mgr BERTHET. Ce qui nous unit, ce qui fait de nous une communauté de croyants, frères et sœurs dans le Fils unique, est en effet la Parole de Vie, la Bonne Nouvelle de notre salut, l’Évangile de Dieu dont l’annonce est un « culte spirituel » rendu à Dieu (cf. Rm 1, 9). Au sein d’une même communauté, nous mettons en commun au profit de tous, ce que chacun a de meilleur, selon le caractère spécifique de cette communauté. Dans une communauté qui veut vivre selon l’Évangile, comment ne pas partager ce que chacun reçoit de ce même Évangile ?

Comme je le remarquais au début de l’Avent, « les six participants français au synode romain ont témoigné à Lourdes lors de l’Assemblée plénière de la Conférence des évêques de France de l’expérience très forte qu’ils y ont vécu. La ‘conversation dans l’Esprit’, bien plus qu’une méthode, a été le lieu où a pris corps une parole plus profonde que tout ce qui avait été dit par les uns et les autres, une parole fécondée par l’Esprit. Plusieurs participants aux rencontres qui ont eu lieu à travers le diocèse sur ce même mode en ont fait spontanément le constat. »

Forts de ce constat, nous vous proposons de vous appuyer sur cette méthode pour vivre des rencontres tout au long du Carême. Nous cheminerons cette année avec la première lettre de saint Pierre, indépendamment du cycle liturgique des lectures du dimanche (un extrait de cette lettre est lu le premier dimanche, mais ne le cherchez pas dans ces pages, il n’y est pas proposé !) On dit de la lettre de saint Jacques que nous avons lue l’an passé qu’elle est, de tous les écrits du Nouveau Testament, celui qui se rapproche le plus de ce que pouvait être la prédication de Jésus. Celle de Pierre, moins ‘rugueuse’, s’en rapproche par certains aspects. Nous l’aborderons dans ces pages sous le prisme de l’espérance. Une introduction à la première lettre de saint Jean lue pendant le temps pascal, vous aidera à prolonger votre partage après Pâques.

À tous un très beau chemin de Carême pour une « vive espérance », nous qui sommes appelés à partager « la gloire éternelle » de Dieu !

Père Denis BELIGNÉ
Administrateur diocésain      

     Pour télécharger le livret : diocese_de_saint-die_livret_careme_2024_chemins_desperance.pdf

Nous avons privilégié cette année une approche dans le prolongement de l’année dernière autour de la 1ère Épître de saint Pierre, dans la contemplation de l'œuvre de Pierre Soulages... en hommage aussi à Mgr Berthet qui a écrit sa 1ère exhortation pastorale à l’appui de cette Épître.

Sur la route de notre conversion pastorale, pour « des communautés selon l’Évangile », puissions- nous vivre ce temps de Carême et de Pâques en s’inscrivant davantage dans l’esprit du processus impulsé par notre pape François :

« Le but du processus synodal n’est pas de produire des documents mais d’ouvrir des horizons d’espérance pour l’accomplissement de la mission de l’Église. »
Extrait de Instrumentum Laboris (Octobre 2023)

 

 

Conversion pastorale de la paroisse de Saint-Dié – Émission "Rencontres" du 27 janvier 2024

 Magazine rencontres janvier 2024 : conversion pastorale de la paroisse de Saint-Dié - YouTube

 

Le dimanche de la santé ?           
        Pour Quoi ?     Pour Qui ?

Le dimanche de la santé a été instauré vers la fin des années 80, à l’initiative d’ungroupe de l’Action Catholique des Milieux Sanitaires et Sociaux (ACMSS) pour mettre en lumière la présence des soignants dans les communautés paroissiales. Ces soignants, par leurs horaires décalés, ne pouvaient pas toujours participer activement à la vie paroissiale, mais ils vivaient au quotidien ce « prendre soin » si cher au Christ. La date retenue pour cette célébration au niveau national est celle du dimanche le plus proche du 11 février instauré par Jean-Paul II en 1992 comme journée mondiale des malades.

La vocation du dimanche de la santé est, vraiment, de rendre visible dans les communautés chrétiennes, l’ensemble des soignants, les chercheurs, les aidants, les visiteurs de malades, les équipes d’aumônerie et toutes les associations… ceux qui œuvrent, souvent dans l’ombre, et sont tellement importants, tellement essentiels pour la prise en charge des personnes malades, âgées, handicapées, pour leur bien-être.

 

 

 



Pour Pâques,

le service de la catéchèse de la paroisse vous propose une vente de différents fromages en provenance du Haut Doubs.

Ainsi, vous aiderez à financer la sortie de fin d'année des enfants.

Vous trouverez des bulletins de commande à la sortie des églises et au presbytère.

La date limite pour commander : samedi 23 mars 2024. Vous pouvez déposer vos commandes au presbytère.

La livraison aura lieu le samedi 30 mars 2024,

Pour télécharger le bon de commande : commande_fromages_8_avril_23.png (556×791)

 

Horaires de messes

Vendredi 23 février - 8:30 Cathédrale Saint-Dié de Saint-Dié +
Samedi 24 février - 9:00 Cathédrale Saint-Dié de Saint-Dié +
Samedi 24 février - 18:30 Eglise Notre-Dame de Galilée de Saint-Dié +
Dimanche 25 février - 9:00 Eglise Saint-Martin de Saint-Dié +
Dimanche 25 février - 10:30 Cathédrale Saint-Dié de Saint-Dié +

Nos Paroisses